4-movies-and-tv-characters-who-struggled-with-glasses_1758_668475_0_14094830_500

4 personnages de films et séries télé pour qui porter des lunettes fût un véritable cauchemar

Publié le 2014/11/26 à am 11:45 par Galit G

L’art imite-t-il la vie ou est-ce l’inverse? Quelle que soit la réponse, le public a tendance à aimer les films qui contiennent une petite part de vie quotidienne, peu importe leur niveau de fantaisie. Parfois, Hollywood adopte une approche très réaliste pour présenter les inconvénients quotidiens associés au port de lunettes. En effet, les personnages perdent leurs lunettes ou les brisent et il arrive même que leurs lunettes soient à l’origine de leur mort! Lorsque cela se produit, on se demande si le personnage n’aurait pas mieux fait d’opter pour une correction de la vue au laser, mais le film n’aurait alors probablement pas été aussi divertissant. Nous avons recueilli quatre moments durant lesquels les lunettes ont mené la vie dure aux personnages de certains films ou séries télé.

1. Henry Bemis, La quatrième dimension
La quatrième dimension a initié le public à de nouveaux niveaux de situations logiques poussés à l’extrême. C’est ce qui se produit dans l’un des épisodes les mieux côtés de la série selon IMDB.com, qui met en scène le binoclard Henry Bernis. Cet employé de banque à lunettes adore lire, mais entre son patron dominateur et son épouse autoritaire, il n’a jamais le temps de se réunir avec ses livres préférées.

Un jour, après être parti lire en cachette dans le coffre-fort de la banque pendant sa pause, Henry survit à l’apocalypse. Il part alors à la recherche de la bibliothèque municipale, qu’il a du mal à trouver. Lorsqu’il la trouve, il réalise qu’étant le dernier être vivant sur Terre, il pourra lire pour le reste de sa vie. Mais, pendant que Henry organise la collection de la bibliothèque par piles, ses lunettes glissent de son visage et se brisent en tombant au sol. Il prononce alors cette phrase désormais célèbre : « That’s not fair. That’s not fair at all. There was time now. » [Ce n'est pas juste. Ce n'est pas juste du tout. J'avais le temps maintenant.].

Comme il ne peut lire sans porter de lunettes, Henry présente sans doute une forme d’hypermétropie, ou de presbytie, deux affections oculaires que le LASIK peut corriger.

2. Dennis Nedry, Le parc jurassique
L’un des décès les plus célèbres de ce film culte des années 1990 est celui du personnage de Dennis Nedry, interprété par Wayne Knight, acteur célèbre pour son rôle dans la comédie de situation Seinfeld. C’est peut-être pour ça qu’il est tellement étrange de voir ce technicien informatique mécontent se faire surprendre par un dilophosaure sous la pluie, puis se faire tuer dans l’une des scènes les plus terrifiantes du film selon NextMovie.com.

Pendant un ouragan, Dennis roule à toute allure sur des routes boueuses. Comme ses lunettes sont embuées, il perd le contrôle de son Jeep, qui reste coincé dans la boue. Pendant qu’il essaie d’aller attacher un câble de remorquage à un arbre avoisinant, il glisse et perd ses lunettes. À quatre pattes, en train de chercher ses lunettes, il s’exclame : « Mes lunettes, maintenant je peux me permettre de paumer mes lunettes » avec ironie. Le LASIK lui aurait été plus utile que ses lunettes! Finalement, un dilophosaure apparaît et, quelques instants plus tard, lui crache un mélange d’acide gluant dans les yeux.

Il n’y a sans doute rien qui aurait pu protéger Dennis contre la salive corrosive de ce dinosaure, mais s’il avait eu le LASIK, il n’aurait peut-être pas eu d’accident en premier lieu!

3. Laney Boggs, Elle a tout pour elle
Voici un exemple qui allégera l’atmosphère un peu. Dans le film Elle a tout pour elle, un classique des films romantiques pour adolescents sorti en 1999, on apprend que, parfois, porter des lunettes peut carrément nous empêcher de réaliser notre plein potentiel. C’est le cas de Laney Boggs, qui n’est pas populaire, s’habille mal, n’a pas de petit ami et pire encore, porte des lunettes.

On considère que ce film est influent pour la scène durant laquelle Laney subit une métamorphose. Elle passe alors d’intello créative à reine de beauté, malgré qu’elle ait simplement enfilé une robe et retiré ses lunettes. Quoi qu’il en soit, le geste même de se débarrasser de ses lunettes fût tellement influent que de nombreux films l’imitèrent pendant la décennie qui suivit la sortie d’Elle a tout pour elle. Rachael Leigh Cook, l’actrice qui interprète Laney Boggs dans le film, a confié au site Web The Daily Beast qu’elle a encore l’impression de descendre l’escalier dans le film lorsque la chanson Kiss Me joue à l’épicerie.

Si Laney avait opté pour le LASIK, le film aurait été beaucoup plus efficace, mais il n’aurait probablement pas été aussi divertissant.

4. Scott Summers, également connu sous le nom de Cyclope, X-Men
Scott Summers, leader et tacticien d’un groupe de mutants connu sous le nom de X-Men est né avec le pouvoir de projeter des rafales optiques depuis ses yeux. Marvel explique que le rayon rouge distinctif que Scott projette depuis ses yeux en combinant ses pouvoirs psychiques à sa capacité à agrandir et à contracter l’ouverture de ses yeux lui a valu le nom de Cyclope après s’être joint à l’équipe de soldats mutants.

Toutefois, comme il a été victime d’un accident d’avion lorsqu’il était enfant, Scott n’arrive pas à contrôler son pouvoir. Il doit donc porter des lunettes munies de verres en quartz de rubis en tout temps pour protéger ceux qui l’entoure. Lorsque différents supervilains réussissent à endommager ou à retirer les verres qu’il porte, Scott doit fermer les yeux.

Les amateurs de bandes dessinées ont l’habitude du technobabillage et on ne peut pas dire que le LASIK pourrait aider un superhéro mutant, mais peut-être qu’il aurait pu aider Cyclope à lire le journal du matin sans brûler la page de couverture.

Vous avez une question au sujet du LASIK? Demandez à l'un de nos experts!

Also available in/Également disponible en : Anglais

Articles similaires

Comments are closed.

« »